Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de T-H-A

Le blog de T-H-A

Des droits, toujours des droits. Parlons-en !


Le devoir de garder le silence

Publié par T-H-A sur 3 Octobre 2012, 17:02pm

Catégories : #Mettons les choses au point

 

Une fois n'est pas coutume, nous ne parlerons pas directement de présomption d'innocence ici.

 

Mais du droit de garder le silence.

 

Un petit rappel d'abord : le droit de garder le silence est un corollaire du droit de ne pas s'auto-incriminer. Il garantit la protection de tout un chacun contre l'arbitraire, et permet de ne pas avoir à répondre à des accusations.

 

Je ne m'attarderai pas à vous citer tous les innocents que l'on a condamné, qui avaient pourtant tout avoué en garde à vue. Je ne tomberai absolument pas dans le piège classique consistant à dire que la police ou la gendarmerie ne fait pas son boulot. Ca n'est pas vrai, ils le font bien, et comme dans tous les métiers, il y en a des bons et des moins bons. Ils font ce qu'ils peuvent avec leurs moyens.

 

Mais quand on est journaliste, on a aussi le droit de garder le silence. Il vaut mieux parfois se taire au risque de passer pour un ignorant que de parler et bafouer des droits fondamentaux. Au moins ça montrera à quel point on peut condamner quelqu'un sans le juger, et ça montre le chemin à parcourir pour la France des droits de l'homme.

 

A la tienne Jean-Michel.

 

Maintenant, avouez-le : vous aussi vous pensez qu'un gardé à vue qui se tait c'est suspect ?

Commenter cet article

kawalsky 04/10/2012 07:13


Alors, oui et non !!! Encore une fois, mon coeur balance !!!


Oui parce que le droit au silence est en effet un droit fondemmental qui est sensé éviter l'auto-incrimination. C'est un droit qui garanti la liberté de sa défense. Oui, le mis en cause peut
utiliser ce droit sans pour autant être coupable de quoi que ce soit.


Mais non parce que garder le silence est une véritable entrave à la phase de l'enquête de police qui aboutit donc irrémédiablement vers l'ouverture d'une information judiciaire. C'est
court-circuiter la base même de la procédure pénale. C'est ralentir une justice déjà suffisement lente. Et bien que je n'adhère pas totalement avec la vision un peu simpliste de notre ami
journaliste, je trouve que c'est assez déplacé de la part de ce type de personne. Ca me parrait difficile de dire, je n'ai rien fait, mais je ne veux pas en parler. La GAV ne sert pas uniquement
à incriminer un mis en cause, mais aussi à le disculper des indices qui l'ont conduit à être mis en cause. C'est l'occasion de s'expliquer sur les faits. Ne pas faire de déclarations c'est
refuser de s'expliquer. 


Je pense cependant que les joueurs de handball n'ont pas du décider grand chose sur leur stratégie de défense, je crois au contraire qu'ils ont été largement conseillés par leurs avocats de
garder le silence. Cela permettant rapidement la mise en examen de leur client et donc un accés complet au dossier pour les avocats, chose impossible lors de la GAV.


 

T-H-A 04/10/2012 21:46



La question est donc bien celle de l'accès au dossier. 30 minutes d'entretien, c'est quand même méga court alors du coup, on dit au MEC (mis en cause, j'adore cet acronyme) que la seule chose
qu'il doit faire c'est se taire. Ne nous y trompons pas, les joueurs ont fait appel notamment à Dupont-Moretti, et ce gars-là connaît son boulot, clairement.


Avec un accès au moins partiel, on évitera ce jeu de dupes.



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents